Répertoire

Clacissisme

– L.v. Beethoven, Trio ‘Les Esprits’ n°1 op.70 (ré majeur)
– J. Haydn, Trios Hob XV:27 (ut majeur) & Hob XV:31 (mi bemol mineur)

Romantisme

– A. Arensky, Trio n°1 op.32 (ré mineur)
– G. Bizet, Suite Carmen (arr. Ivan Foucher)
– J. Brahms, Trio n°2 op.87 (ut majeur)
– F. Liszt, Tristia – La vallée d’Obermann (arr. pour trio avec piano)
– Félix Mendelssohn, Trio n°1 op.49 (ré mineur)
– S. Rachmaninov, Trio Elegiaque n°1 (sol mineur)
– C. Saint-Saens, Trio n°2 op.92 (mi mineur)
– F. Schubert, Trio n°2 op.100 (mi bémol majeur) & Trio Notturno D.897 (mi bémol majeur)

XXe siècle

– Mel Bonis, Soir et Matin, pièces pour trio avec piano
– L. Boulanger, D’un Soir triste et D’un Matin de printemps
– A. Piazzola, Las Cuatro Estaciones Porteñas
– M. Ravel, Trio en La mineur M.67
– J. Turina, Trio n°2 op.76

Moderne

– Daniel Arango-Prada, Trois Hétéronymes
– Toru Takemitsu, Between Tides

Harmonies Nocturnes

– Mel Bonis : Soir et Matin
– Toru Takemitsu: Between Tides
– Maurice Ravel : Trio en La mineur M.67
Ce programme d’inspiration impressionniste, tout en contrastes picturaux, révèle l’influence de la peinture sur ces deux compositeurs français du 20e siècle. Cet assemblage est sublimé par la pièce de Takemitsu, « entre les marées », dont les harmonies célestes et les mouvements nous plongent dans une médiation lancinante.

Clair-Obscur

– Franz Schubert : Trio n°2 en Mi bémol mineur
– Lili Boulanger : D’un soir triste et D’un matin de printemps
Un programme très contrastant, qui met en relation l’immense chef d’oeuvre de Schubert avec les deux pièces géniales, mais moins jouées, de Lili Boulanger. Ces deux oeuvres sont empruntes d’une grande nostalgie et d’une profonde tristesse, en même temps qu’un lyrisme et une énergie solaire débordante.

 

La Vénus d’Ile

– Camille Saint-Saens : Trio n.2 en mi mineur

– Joachin Turina : Trio n.2 en si mineur

– Déodat de Séverac : Les Hiboux (arr. Ivan Foucher)
– Georges Bizet : Carmen (arr. Ivan Foucher)
Un programme autour de l’univers de Prosper Mérimée, qui illustre le lien musical entre la France et l’Espagne à son époque. 
Les airs passionnés, les élans fougueux et les danses espagnoles laisseront parfois place à des ambiances plus mystérieuses, avec des harmonies audacieuses et des effets sonores intrigants.